Le Nord-Pas de Calais-Picardie dans la Seconde Guerre
Voulez-vous vous connecter sur le forum avec votre compte ?

Si vous n'en possédez pas, vous pouvez en créer un, vous devrez l'activer via un courrier électronique.

NB: Si aucune réponse 48h après l'inscription, veuillez consulter vos "courriers indésirables".
Notre email d'activation s'y trouve surement.

Le forum n°1 sur l'Histoire du Nord-Pas de Calais-Picardie de 1939 à 1945


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Batterie d'artillerie allemande 1944-1945. le Sam 1 Oct 2011 - 18:25

Serge Donnet

avatar
Membre très actif
Membre très actif
Composition d'une batterie hippomobile allemande...1944 - 1945.

La section de commandement.......3 Officiers. 24 Sous-officiers. 86 Hommes de troupe .
Les Chevaux: 37 chevaux de selle, 95 chevaux de trait.
Les attelages: 4 canons de 10,5 Cm H18 avec les avant-trains et 19 attelages divers.
Deux sections de 2 pièces avec 12 hommes.

La procédure de tir.

Après réception de l'ordre de combat,le chef de batterie ( Capitaine ) donne l'ordre des actions et des reconnaissances du terrain à ses cadres subalternes.
Du poste d'observateur il à une vue dominante sur la ligne de résistance,ainsi que dans la profondeur des positions ennemis.
La position de tir était reconnue par le chef de batterie avec un de ses chef de section.
En même temps les prescriptions suivante était en vigueur.

Largeur de la position 140 à 190 M. La plus plate possible, la nature du sol,chemin d'approche et position hors de vue de l'ennemi,champ de tir dégagé de
plus 500 M. Installation des pièces irrégulièrement en contre-pente autant que possible.

Il avait en plus à reconnaître: Le poste d'observation avancé de secours,la position d'alerte pour la défense rapprochée d'infanterie. ( par les canonniers )
Les positions de la D.C.A. et MG,le dépôt de munitions 300 M derrière la position de tir avec chemins couverts pour l'approvisionnement immédiat,
Le changement de position de combats.
( A suivre ) Sleep cat

spitfire mkII

avatar
Membre participant
Membre participant
intéressant de savoir toute la logistique allemande sur des sites pareil merci!

Serge Donnet

avatar
Membre très actif
Membre très actif
Dans la zone de visibilité des pièces,le goniomètre était installé selon la position des pièces ,les mesures étaient prises pour la mise en batterie sur une position de secours.
Le chef des munitions repérait les positions de stationnement des véhicules d'approvisionnement, du train de batterie,l'installation de la cuisine..
A la fin de la reconnaissance,les téléphonistes installer les câbles téléphoniques entre l' observateur ,la batterie,le PC de l'atbeilung de l'artillerie et du PC de
l'infanterie..

L'observateur avancé (détachement ) prendre contact avec le chef de l'infanterie,installer et régler la lunette binoculaire,camoufler sa position,effectuer l'orientation de terrain en même temps recenser les points les plus marquants du terrain avec la carte de tir au 1:2500 ou 1:5000 et reconnaître sur le terrain pour un ou plusieurs changement de position pour la localisation et la conduite de tir sur l'objectif..

CONDUITE DU COMBAT.
Après autorisation du plan de tir,avec les ordres pour les missions de feu.
Points de pointage et de tir de barrage par le PC du Komandeur ou par le chef de batterie,alors commençait le réglage de tir.
Il localisait en même temps les points de réglage sur les objectifs ennemis selon la position,la hauteur,la direction de l'observation et transmettait les données comme ordre de tir à la batterie.

ORDRE DE TIR.
L'ordre de tir comprenait l'orientation de l'observation de la zone de tir,les coordonnées,la hauteur de l'objectif,la description de l'objectif,les types de munitions.
Obus explosifs,incendiaires,fusants.(avec fusées percutantes, à retard,à double effet). Généralement les obus étaient tirés avec des fusées percutantes rarement
avec des fusées à retard..
Tir par coups par coups ou slaves.

A suivre... Razz cat





Serge Donnet

avatar
Membre très actif
Membre très actif

Exemple d'un ordre de tir..Coups unique.. zone visuelle. XU-8-b-1-1 sur le rapporteur gradué, hausse 160,point de pointage le carrefour.
.
Signaler disponibilité de tir,durée du trajet de l'obus.
L'observateur choisissait le type de fusées et munitions d'après la table tactique.
Dans la position de tir,les calculateurs transmettaient la distance et la direction de tir réelle avec la table de tir et du bulletin météo ( direction et force des vents
% humidité,température.) aux commandements de tir pour les pièces: pointage,élévation,rallonge du tir,niveau du terrain, nombres de charges propulsives,
type d'obus,fusée et réglages des fusées.
A l'appel les artilleurs aller aux pièces et les préparaient,vissaient les fusées,chargeaient l'obus,la gargousse avec la douille et signalaient la disponibilité au tir.

A suivre... Embarassed cat

Serge Donnet

avatar
Membre très actif
Membre très actif
Dans le poste d'observation,l'observateur commandait le tir,compter les secondes avec un chronomètre jusqu'au moment de l'impact,localisait le point d'impact
et signalait les corrections nécessaires au poste de direction de tir,jusqu'à ce que le tri se situe sur la cible.
Plus les bases de tir étaient exactes,plus grande était l'efficacité sur l'objectifs,mais aussi pour préserver les troupes amies des tir trop courts.
La condition pour cela et la coopération des unes avec les autres unités de la batterie.
Localisation précise de l'objectif et corrections sûres,relevé topographique exact de la position de tir.
Des calcul correct de l'élévation et de direction latéral,compte tenu des variables balistiques établi avec les bulletins météo et de la table de tir.
L'installation précise des pièces par les canonniers.En outre,les liaisons téléphoniques étaient d'une grande importance pour le combat,l'équipe téléphonique devaient souvent ,chercher et réparer les câbles sous le feu de l'ennemi.
Lorsque l'observateur ordonnait Halte aux feu ( mission accomplie ou manque de munitions) les canonniers inclinaient leur pièces à l'horizontal,ou les pour des
autres tirs calculés au préalable.
L'observateur observait le champ de bataille,maintenait une liaison permanente avec les troupes locale de combat,continuait à donner des informations sur la situation et signalement d'objectif au PC de l'Abteilung et au chef des batteries.

A suivre...

ranger

avatar
Nouveau membre
Nouveau membre
Very Happy Bsr, observateurs! c'est ce qui a donné en mai/juin 1940, la bataille des clochers de notre plat pays!

Serge Donnet

avatar
Membre très actif
Membre très actif
Sources: O.Schwetzer. Chf de pièce de 10,5 cm + Reibert Kanonier
cat

Eric2962

avatar
Membre actif
Membre  actif
Impressionant cet exposé, merci!

gilhon

avatar
Nouveau membre
Nouveau membre
Fort intéressant. De quoi faire un petit manuel!

thierry-75-2002

avatar
Membre actif
Membre  actif
Et une table de tir.... la pour 10 cm K18.... la plaqie doit faire 40cm x 80 cm en alu...

phebus

avatar
Nouveau membre
Nouveau membre
Trés bon travail de recherches encore merci Serge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum